THOMAS BEARDEN ENERGIE LIBRE ( page 2 .3eme partie)

debut 3me parties

APPAREILS ELECTRIQUES SUR-UNITAIRE – PRATIQUE- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -PRACTICAL OVERUNITY ELECTRICAL DEVICES(C) T.E.

BeardenMay 13, 1994

LEGENDE:= produit scalaireØ = Champ potentiel électrostatique scalaire= Nabla (désigne soit le gradient d'une fonction en analyse soit une connexion de Koszul en géométrie différentielle).|x| = valeur absolue de xuf = microFarad
La charge n'est pas quantifiée
La valeur de la charge est changeante lorsque celle ci se déplace dans le circuit et elle se représente par une fonction selon lecontexte du potentiel.Les deux composantes du courant électriqueLa seule façon de comprendre l'énergie libre est d'abord d'appréhender le courant électrique tel que constitué par deuxcourants couplés ensemble : [(dØ/dt ) ( dm/dt)].Le composant (dØ/dt ), est connu et mal compris, il est le déplacement de courant sans masse.Le composant ( dm/dt), est le déplacement de courant de masse.L'opérateur signifie couplé à ou sur le point de le faire.L'opérateur de couplage représente une opération bien réel : l'échange de photons virtuels entre le potentiel du vide et lamasse chargée.

La masse est un composant interne de force
C'est à travers la force que la masse prend toute son importance (exemple F=(ma)). On trouve la masse par exemple dans unchamp électrique qui est défini comme étant la force par coulomb. Un champ électrique n'existerait pas sans la composante demasse. Un champ scalaire électrostatique ( Ø) cherche à se coupler à la masse d'une charge q tel que (Ø+ Ø) m et delà un champ-E (champ électrique), est créé et existe E -[( Ø) (q)]/|q|. C'est ainsi que la masse devient un composantincontournable de force.

Un condensateur idéal est celui qui est un bloqueur d'électrons
Dans un condensateur classique les plaques et le diélectrique sont en mouvement due aux forces électrique. Il s'en suit uncourant d'électrons se dissipant dans la source pour faire du travail... Il existe cependant des condensateurs rigidifiés (~$400 à$2000 le condensateur de 1μF)...Un condensateur idéal ne laisse pas passer de courant d'électrons mais laisse seulement passer le courant sans masse tel quedécrit dans les équations de Maxwell.

Composant de blocage d'électrons
Il y a le « transistor semiconducteur Fogal » du nom de l'inventeur William J. Fogal (un ami de Bearden - détenteur des brevets[5430413 High gain low distortion faste] et [5196809 High gain low distortion faste] ).Il permet la séparation du courant en deux composants, bloquant uniquement le composant de flux de masse (les électrons).Le transistor de Fogal bloque le passage des électrons au niveau des pattes, mais laisse le déplacement du courant dØ/dt depotentiel scalaire à travers lui.

Énergie, flux, montant fini d'énergie, collecteur
Le flux de courant (dØ/dt) est énergie alors que le flux de courant de masse (dm/dt) est du travail dans le circuit. Toutesmesure à l'aide d'un instrument de mesure ne sera que travail et non le calcul du montant de l'énergie. L'énergie ne peut-êtremesurée en pratique et en théorie, à priori.

Secret de la sur-unité
La charge (masse chargé), fournie un flux libre sans masse d'énergie EM à partir du vide qui peut-être dirigé vers un collecteurqui emmagasine le tout dans un champ-E ou un champ-B.Cependant le premier secret de l'énergie libre est le blocage de la composante de charge électrique de masse dm/dt ducourant dq/dt permettant au flux d'énergie sans masse (dØ/dt) de circuler vers le collecteur pour obtenir un champ-E ou unchamp-B.Le deuxième secret concerne la façon dont le deuxième cycle se déroule.La masse du circuit de charge externe et la masse du collecteur devraient être les mêmes pour que le courant d'électronschargés retourne à travers la fem-back de la source primaire, tel que autant d'excès de travail sera fait à l'intérieur de la sourcepour dissiper ses séparations de charges que de travail fait dans la charge externe. Dans ce cas la sur-unité serait détruite !D'où la nécessité d'utiliser deux circuits isolés.

Un simple appareil sur-unitaire à boucle ouverte

Cette figure montre un très simple mais puissant appareil à sur-unité, utilisant un semi-conducteur à blocage de charge [chargeblocking semiconductor (CBS) (such as a Fogal semiconductor)], alimenté en AC. Le ' truc ' du circuit c'est une source AC pourcontrôler le CBS qui utilise une partie de l'énergie pour s' auto-alimenter et qui ne laisse passer toujours, uniquement, que lacomposante sans masse du courant dans le circuit de sortie. Le potentiel scalaire de sortie du CBS est obtenu avecl'enroulement primaire du transformateur élévateur de tension. Le gain en courant du CBS dépendra de la charge connectéedessus, et de son habilitée à bloquer le champ-E des charges capturées en augmentation, comme un flux d'énergie libre(dØ/dt) qui s'établit à travers lui par la charge. Ainsi la charge et le CBS doivent être le mieux pensés/choisies pour ne pasfaire échouer nos plans. L'enroulement primaire du transformateur avec le potentiel scalaire (dØ/dt) produit un champ-H. Ilemmagasine l'excès d'énergie dans ce champ. C'est un champ-H magnétique normal. Tout champ-H est produit par (dØ/dt) .Ce champ-H se couple à l'enroulement secondaire. Dans le circuit secondaire le courant est un courant d'électrons et peutcirculer sans contrainte du CBS. C'est un courant de masse chargée qui circule désormais dans la charge.

Amplification de puissance libre.

Si on place un ampèremètre à la sortie du CBS, entre lui et le primaire du transformateur, le courant sans masse sera lucomme si de rien n'était (comme avec un courant d'électrons).

La résistance négative: un système (auto-alimenté et CBS) en boucle fermé

Le dessin montre le bouclage fermé de l'appareil de tel façon que le système une fois lancé et stable peut se voir retirer lasource d'alimentation du circuit.Une résistance négative accepte des électrons entrant inertes depuis son pôle négatif, mais accepte aussi l'énergie (dØ/dt)entrante depuis le vide comme des photons virtuel se laissant absorbé par des électrons inertes tel que Ø est ajouté aucourant d'électrons créant un excès d'électrons excités.La résistance négative est maintenant connue pour être une source d'énergie libre auto-contenu.-

fin du doccument. 3/3


Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.
L'œuvre peut être librement utilisée, à la condition de l'attribuer à Pascuser en citant son nom ainsi qu'un lien vers la page web utilisée. - Pas d'utilisation commerciale - Pas de Modification

énergie libre

L'ultime secret de l'énergie libre (1993, Bearden)

Traduction de documents de Thomas Bearden

L'ultime secret de l'énergie libre (1993, Bearden)

Traduction de documents de Thomas Bearden

Quelqu'un que nous pourrons nommer Alfred Smile (pseudonyme), m'a envoyé des traductions qu'il a réalisées en PDF concernant des documents de Bearden explicitant certaines informations importantes de ses points de vue sur le captage de l'énergie libre en lien avec son modèle de l'univers. 
On trouve ces traductions ici au format PDF.


1. Original (anglais): l'ultime secret de l'énergie libre 
Traduction PDF en français: 1/3 

2. Original: additif à l'ultime secret de l'énergie libre 
Traduction PDF en français: 2/3 

3. Original: légendes et annexes de ultime secret de l'énergie libre 
Traduction PDF en français: 3/3 


source :http://www.conspirovniscience.com/bearden.php

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (1)

1. ISNARD 08/11/2015

Bonjour,

Les liens pour le telechargement des documents de Bearden semblent indisponibles ;-)

Cldt

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×