les crop circle

  Un agroglyphe de type fractale

Vue aérienne de l'agroglyphe de Diessenhofe

source wilkipedia :http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Crop_circles_Swirl.jpg

Un cercle de culture, ou cercle de récolte (qu'on appelle aussi parfois par le nom anglais, crop circle, ou par le néologisme agroglyphe), est un motif réalisé dans un champ de céréales (généralement de blé) par flexion des épis, dans le but de représenter diverses formes géométriques. Ces formes peuvent aller d'un simple cercle de quelques mètres de diamètre à des compositions de plusieurs centaines de mètres impliquant de nombreuses sections.

Les premiers agroglyphes connus datent de la fin des années 1970, et leur création a été revendiquée un peu plus tard par deux anglais, Doug Bower et Dave Chorley[1]. Ils affirmèrent par là leur intention de faire une plaisanterie, inspirée par un canular réalisé en Australie en 1966[2].

Bien que certains scientifiques et les zététiciens affirment que l'origine des agroglyphes apparus dans la campagne anglaise est maintenant connue, divers amateurs de phénomènes paranormaux continuent de mentionner de très nombreuses explications alternatives pour l'apparition des agroglyphes, comme des phénomènes naturels, des manifestations ufologiques ou des manifestations d'énergies. Le projet américain Guerre des étoiles, l'utilisation les lasers de puissance, et plusieurs complots comme, par exemple, le projet HAARP, sont aussi mentionnés. Certains scientifiques, plus prudents, se contentent d'étudier le phénomène sans prétendre en expliquer l'origine exacte. Le physicien néerlandais Eltjo Haselhoff, dans son ouvrage "Deepening Complexity of Crop Circles (Les Cercles dans les blés)", pense avoir apporté la preuve que certains crop circles, en raison de diverses particularités biologiques et physiques, ne pouvaient pas avoir été fabriqués de façon simple par des êtres humains (mystificateurs ou autres groupes utilisant des moyens rudimentaires tels que des planches et des cordes). Même s'il avance l'hypothèse de boules lumineuses pour expliquer des traces de radiations à caractère électromagnétique, il ne prétend pas pour autant connaître l'origine de ces boules. De son côté, le biophysicien américain William C. Levengood a effectué des expériences montrant des déformations anormales et jusqu'à ce jour inexplicables, selon lui, des noeuds des tiges de céréales situées à l'intérieur d'un grand nombre de crop circles. L'astronome Gerald S. Hawkins, quant à lui, s'est intéressé aux propriétés mathématiques extrêmement sophistiquées de certains crop circles, impliquant de la part des auteurs des figures géométriques en question un niveau de compétence très élevé dans le domaine des mathématiques.

Étymologie

L'expression cercle de culture est une traduction directe du mot anglais crop circle. Agroglyphe, quant à lui, est un néologisme issu de agro- et de glyphe

Origine

Une mention d'un possible agroglyphe se trouve dans les témoignages de « formes étranges » retrouvées dans les champs en Hollande ou en Angleterre dès le XVIIe siècle, telle que la représentation symbolique d'un « diable faucheur » dans une gazette anglaise de l'époque. Dès les années 1960, des agroglyphes seraient également apparus en Australie. Au Canada, un fermier de Duhamel, Alberta, a trouvé des cercles de récolte le 5 août 1967 ; pendant les semaines précédentes, plusieurs personnes avaient déclaré avoir vu des ovnis. Le rapport d'enquête conclut qu'il n'y a pas de trace d'activité chimique ni de radioactivité [3].

Agroglyphes modernes

Les premiers agroglyphes connus des temps modernes seraient apparus dans le sud de l'Angleterre, en Hampshire, Wiltshire et dans les contrées avoisinantes, à partir de 1978.

Au fil du temps, en même temps que le nombre des crop circles croissait, les motifs sont devenus de plus en plus complexes : les premiers agroglyphes étant de simples disques, tandis que certains de ceux apparus dans les années 1990 et 2000 , furent plus élaborés et la complexité augmenta avec le temps. Les agroglyphes se répandirent sur toute la surface de la planète.

des Explications sur l'origine des agroglyphes

Plusieurs théories tentent d'expliquer l'origine des agroglyphes, et leur création en Angleterre a été revendiquée par deux papys farceurs, Doug et Dave, retraités de l'armée britannique. Par dérision, ils affirmèrent avoir été guidés par une voix en 1998[réf. nécessaire

Explication scientifique

 Les papys farceurs

L'explication admise aujourd'hui par la communauté scientifique et zététique est que les agroglyphes sont des créations humaines, similaires à d'autres créations de land art ou encore dans un milieu urbain aux graffitis.

La création des premiers agroglyphes a été revendiquée par deux fermiers anglais, Doug Bower et Dave Chorley, dans la région d'Avebury dans le district de Marlborough. Ils expliquèrent plus tard[1] leur intention de faire une plaisanterie, inspirée par un canular réalisé en Australie en 1966[2].

Il existe plusieurs groupes artistiques créant des agroglyphes et donnant des preuves[réf. nécessaire] qu'ils en sont bien les auteurs ainsi que des explications sur la manière dont ils sont créés, notamment le circlemakers arts collective[4] fondé par John Lundberg dans les années 1990.

 Les agroglyphes publicitaires

Par ailleurs, des médias, à grand renfort de publicité, ont fait réaliser à leur compte maints agroglyphes ou autres motifs :

  • Les agroglyphes de l'autoroute A6 auraient un but publicitaire car le message textuel, associé à un logo, dépeint une marque d'une manière plus originale qu'un panneau publicitaire classique, et attire, de ce fait, plus facilement le regard.[réf. nécessaire]

  • Le quotidien The Sun commanda un agroglyphe circulaire géant faisant la publicité des Jeux olympiques de Londres 2012 décoré des cinq anneaux entrelacés traditionnels, le piquant de cette pub ayant été de l'avoir réalisée sur le sol français, en plein jour, par une équipe de six « faiseurs de cercles » britanniques. Durée de la réalisation : sept heures suivi de leur retour à Londres avant le coucher du soleil[5] ;

  • La chaîne de télévision britannique Sky One fit réaliser un sudoku géant dans une pâture, avec des tarpaulins blancs et des feuilles de plastique (donc pas un véritable agroglyphe). Sky One a proposé au public de résoudre le jeu et le gagnant a reçu de la chaîne une récompense de 5 000 livres (9 000 €). Du point de vue de la démarche, il s'agit d'une production comparable aux graffitis muraux[6].

Explications alternatives

Phénomène naturel

 

Plusieurs théories ont été émises attribuant aux agroglyphes une origine naturelle (tourbillons de vent, « éclairs en boule », vortex de plasma, etc.). On pense[réf. nécessaire] entre autres à des champs magnétiques. Cependant cette hypothèse explique difficilement les agroglyphes complexes ayant des formes géométriques élaborées, telles formes circulaires ou elliptiques, parfois multiples et symétriques, ou des motifs radiaux ou angulaires, ou encore symétriques voire asymétriques.

Origine extraterrestre

Cartoon parodique de l'explication extraterrestre

Parmi les groupes qui étudient ces phénomènes, le BLT Research Team, Inc.[7], du nom de ses trois initiateurs, John Burke (homme d'affaire new yorkais), Wm.C. Levengood (biophysicien du Michigan) et Nancy Talbott (productrice de musique collaborant par ailleurs à l'université du Maryland et au Harvard College). Les chercheurs de ce groupe ont découvert des isotopes radioactifs rares dans les agroglyphes [8], ils auraient aussi trouvé des modifications structurelles profondes dans les nœuds des plantes tressées (et non simplement couchées). Les travaux de Wm.C. Levengood & co. ont été largement contestés par les sceptiques, particulièrement sur le plan méthodologique, tel que par exemple Joe Nickell dans son article Levengood's Crop-Circle Plant Research[9]. De plus, les sceptiques expliquent de manière prosaïque les agroglyphes présentant des plantes tressées[10].

Boules de lumière

W. C. Levengood et N. P. Talbott défendent l'hypothèse selon laquelle les agroglyphes sont réalisés par des « boules de lumière » (en anglais Balls of light), qui sont à mettre en relation également avec les phénomènes de Foo fighters. Selon eux, de telles boules de lumières émettraient des micro-ondes qui réaliseraient la forme dans les blés. L'origine de ces boules n'est pas précisément définie.Dans un article de 1999, Levengood et Talbott prétendent que les blés ont été irradiés. E. H. Haselhoff (2001) propose dans la foulée un modèle physique explicatif[11].

Joe Nickell, membre du Committee for Skeptical Inquiry, a mis en question la fiabilité de ces résultats[12] : l'analyse n'avait pas été faite en double-aveugle et il semblerait que les laboratoires ne puissent pas distinguer les épis de blé qui proviennent des agroglyphes de ceux qui n'en proviennent pas, si on ne leur donne pas l'information avant toute analyse. De plus, le modèle de Haselhoff (2001) n'explique pas comment les micro-ondes coucheraient les épis de blé ni comment ils traceraient la forme de l'agroglyphe dans le champ, mais seulement une possible différence de longueur entre les épis.

 

Un agroglyphe en Suisse

source wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:CropCircleW.jpg


 comment ce formme les crop circle

 

reportage planete crop cicle partie 1

( 2 )

 ( 3 )


l'analyse qui vous est décrite part du principe que les crop circles sont d'origine extra terrestre. Bien que nous ne rejetons pas cette hypothèse ,l'origine reste à démontrer.


LES CROP CIRCLES DÉCODÉS

Avec l'aimable autorisation de TOM SUTTER, que nous remercions vivement.

Son site :http://imageevent.com/cropcirclerational/cropcirclesdecoded

 

NOTE : La grande majorité des photographies qui ont été prises le furent par les photographes STEVE ALEXANDER et LUCY PRINGLE. Le site web de STEVE ALEXANDER est : http://www.temporarytemples.co.uk


Ce Webring sur les Crop Circles appartient à TOM SUTTER

http://www.vigay.com/cgi-bin/webring?ring=CropCircle

 

LES FORMATIONS DE CROP CIRCLES SONT REPRESENTÉES EN 3-D
La plupart des Crop Circles sont des dessins schématiques qui expliquent COMMENT des dispositifs fonctionnent plutôt que ce à quoi ils semblent ressembler. La plupart de ces formations sont représentées en 3D, pas en 2-D. Le graphique du bas est par ailleurs, aussi représenté en 3-D. (En raison de l'évolution continuelle de ces graphismes j'ai arrêté de faire référence aux images spécifiques car celles-ci "se modifient" de temps en temps.)

  

 Plusieurs Crop Circles décrivent deux types de condensateurs ET leurs caractéristiques opérationnelles.
(Sont représentées ici les coupes transversales de condensateurs de forme ronde).

 

Un condensateur est un dispositif étrange c'est le moins qu'on puisse dire. En plus de conserver brièvement une charge électrique, un condensateur a la propriété peu commune de bloquer le courant continu, mais permet au courant alternatif de passer avec facilité. Ainsi, connaissant ce fait, si vous étiez ami Alien essayant de transmettre le concept d'un condensateur à des gens moins avancés, comment feriez-vous ? N’avez-vous jamais vu la représentation d’une courbe sinusoïdale de courant alternatif ?
Elle s’élève, redescend, remonte et redescend et représente le seul type de courant électrique qu'un condensateur permet de faire passer.

Qu’est-ce qu’un condensateur ?

Rien de plus que des couches d'un matériel conducteur serrées entre des couches d'un isolant. Rien de plus, juste cela. Ainsi la grande majorité des condensateurs sont de forme circulaire et ressemblent aux Crop Circles vus d'en haut. Maintenant, sachant cela, pensez-vous que ces images suffiraient comme procédé, pour transmettre le concept d'un condensateur à des gens moins avancés, comme nous ?

Je pense que ces dessins sont un travail splendide juste faits pour cela.

La photo en haut à gauche représente un condensateur standard qui ne conserve pas de charge électrique. En haut à droite, la photographie représente un condensateur qui conserve une charge électrique, et comme vous pouvez le voir, il y a alors plus d’une manière pour décrire le mouvement d’une courbe sinusoïdale. "LEUR" interprétation montre aussi la perte infime d'électricité qui arrive chaque fois avec le courant électrique alternatif.

(Ce ne sont pas des ailerons de dauphins. Ces symboles représentent cette perte infime de courant) Je pourrais ajouter que cela est très impressionnant. Ce seul dessin décrit toutes les caractéristiques opérationnelles de ce condensateur dans une simple image de manière compréhensive. La photographie du bas décrit un autre condensateur chargé. Cette fois le courant alternatif est dessiné comme nous le dessinons; une courbe sinusoïdale. Mais noter la largeur extrême de cette courbe. C'est très large! Une large courbe indique une grande quantité de courant. (Une courbe très mince = haute tension).

Par conséquent on peut dire que ce Crop Circle représente un gros condensateur. 


PAGE+SUIVANTE 

PAGE 2

4 votes. Moyenne 4.25 sur 5.

Commentaires (4)

1. HYPERBORE 25/05/2011

c sur you tube Capsule Eschatologique 16 mai 2011

2. HYPERBORE 25/05/2011

VIDÉO: 1 & 2

3. HYPERBORE 25/05/2011

voici un message laisser par un crop circle
bien etudier bien resumer et surtout bien precis

4. dede 17/12/2010

salut,
enfin quelque chose de concret sur les crop circle, depuis l'étude du profeseur bounias sur les végétaux Je n'avais pas pu trouver d'autres données scientifiques se rapportant à ce sujet.
merci pour toutes ces documentations

ps : le lien du site de Tom suter "est mort"
heureusement qu'on a encore ses pages ici

a bientot.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site